Biographie de Benoît MOREL

Pour Benoit MOREL, si le choix de la faculté de Droit a été un grand hasard, la volonté de s'orienter ensuite vers la profession de notaire a été une évidence. Le choix de Strasbourg, puis de Lyon et enfin de Paris a été une suite logique.
Les matières étudiées dans le cursus notarial sont les plus passionnantes : Le droit de la famille, le droit des régimes matrimoniaux, le droit des successions, le droit des biens, le droit des obligations, le droit fiscal... Autant de matières complexes et complémentaires.
Benoît MOREL a pu constater que si le corpus juridique est complexe s'est surtout parce qu'il essaye d'appréhender la complexité de la vie. Le juriste cherche avant tout à qualifier les événements et les faits puis à les faire rentrer dans une norme sécurisante. Le notaire, en généraliste du droit, doit faire de même.
La pratique notariale permet de se confronter à la réalité concrète et de vérifier si les outils juridiques que l'Université nous a permis d'acquérir sont efficaces et suffisants.
Devenir notaire implique sept années d'études universitaires. Sept années pour appréhender une matière vaste et pour prendre le temps de la mûrir.
Selon Benoît Notaire, malgré sept années de préparation, il faut bien plus pour faire un bon praticien...
Une formation rigoureuse et un apprentissage continu sont nécessaires pour connaître le droit notarial et pour être en mesure d'apporter un bon conseil, un conseil sécurisant.
L'évolution de l'informatique et la révolution d'internet permettent d'envisager la connaissance de manière complètement différente. Il demeure important d'avoir une bonne mémoire et de connaître les textes de loi ainsi que la jurisprudence. Cependant, la connaissance est aujourd'hui facile à atteindre en s'aidant des nombreux outils professionnels qui existent. Le site LEGIFRANCE est en lieu même une source énorme de matière juridique que Benoît MOREL utilise fréquemment. Le BOFIP de l'administration fiscale est une évolution majeure dans l'approche de la fiscalité.
Etre un bon juriste, ce n'est plus seulement avoir une bonne mémoire. Etre un bon juriste, c'est avoir une logique juridique. Etre un bon juriste, c'est être en mesure d'appliquer un raisonnement similaire à celui du "bon juriste père de famille". Etre un bon notaire relève de la même gageure pour Benoît MOREL .
A cet aspect technique, il faut ajouter selon moi un intérêt non négligeable pour l'être humain et un attrait pour l'analyse de la nature humaine.